L’énergie renouvelable (ENR), comme son nom l’indique, provient de sources renouvelables disponibles naturellement dans notre environnement. Il peut s’agit de l’énergie solaire photovoltaïque, l’énergie solaire thermique, le biogaz, la géothermie, l’aérotherme et l’hydrothermie. Ces trois dernières sont les plus utilisées pour les pompes à chaleur. Les énergies renouvelables participent à la protection de l’environnement grâce à une faible production de déchets, moins d’émissions de gaz à effet de serre et une sécurisation des approvisionnements énergétiques. De ce fait, de plus en plus d’habitation est déjà équipée d’un dispositif d’approvisionnement en énergie renouvelable pour le chauffage. L’utilisation des énergies d’origine renouvelable est éligible au CITE, Eco-PTZ… Entre pompe à chaleur et chaudière au fioul, les avis peuvent se diversifier, mais ce document devra vous permettre de mieux voir le système de chauffage le mieux adapté à votre habitation.

La pompe à chaleur : une énergie renouvelable !

Depuis quelques années, la pompe à chaleur est devenue un investissement très intéressant pour les personnes qui souhaitent installer un nouveau système de chauffage ou remplacer un chauffage existant. Cette installation est très prisée surtout avec l’augmentation du coût des énergies fossiles. Le principe de la pompe à chaleur est de capter les énergies renouvelables et gratuites contenues naturellement dans l’environnement afin de les diffuser à l’intérieur de la maison. Comme elle fonctionne principalement avec de l’énergie renouvelable, l’électricité n’est utilisée que pour le fonctionnement du compresseur, la pompe à chaleur est très économique. Il est tout à fait possible d’économiser jusqu’à 70 % sur sa facture de chauffage.

  • Pompe à chaleur aérothermique

La pompe à chaleur aérothermique utilise les calories captées dans l’air extérieur pour chauffer l’intérieur de la maison. Le processus de chauffage de la maison via une pompe à chaleur passe le transfert d’énergie au niveau du fluide caloporteur à base d’eau glycolée pour éviter le gel. Le fluide frigorigène s’évapore à mesure que la température augmente sous l’effet de la compression. La pression du fluide et sa température diminuent après la transmission des calories à l’unité de chauffage à l’intérieur du logement.

  • Pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique utilise le même principe que la pompe à chaleur aérothermique sauf que les calories sont puisées dans le sol par le biais des capteurs souterrains placés de manière horizontale ou verticale. Par rapport à la température de l’air, celle du sol est relativement stable. Ce qui garantit une chaleur constante, car moins assujettie aux variations de la température extérieure. Le dispositif peut être couplé à des émetteurs de chauffage comme le plancher chauffant, les radiateurs basse température et les ventilo-convecteurs.

  • Pompe à chaleur hydrothermique

La pompe à chaleur hydrothermique partage le même processus que la pompe à chaleur géothermique. Elle puise la chaleur dans la cour d’eau proche de l’habitation et la nappe phréatique. Les émetteurs de chauffage central peuvent être conservés pour chauffer l’eau à haute température.

Le fioul : une énergie du passé !

Comparé à l’énergie renouvelable et ses avantages en termes d’économie et d’écologie, le fioul est une énergie du passé. En effet, le chauffage au fioul présente certains inconvénients même si son coût n’est pas excessif. Une chaudière fioul est plus chère à l’utilisation qu’une pompe à chaleur de puissance égale. Déjà, le prix du fioul est instable étant directement indexé sur les cours du pétrole. Toutefois, il faut croire que les chaudières au fioul n’ont pas cessé d’évoluer au cours de ces dernières années jusqu’à offrir des rendements énergétiques remarquables tout en consommant beaucoup moins de fioul. Mais les chaudières au fioul rejettent toujours de gaz polluants comme auparavant malgré les efforts entrepris pour les diminuer. A noter aussi que l’utilisation du fioul nécessite son stockage dans une cuve de grande capacité, dont le remplissage se fait de manière régulière via un camion-citerne. En plus de prendre beaucoup de place, ce stockage peut dégager des odeurs désagréables. Lorsque le propriétaire envisage le remplacement de la chaudière au fioul par une pompe à chaleur par exemple, la cuve nécessite une vidange et un dégazage par un professionnel.

Alors, pompe à chaleur ou chaudière au fioul ?

Le principal intérêt de l’installation d’une pompe à chaleur est l’utilisation de l’énergie thermique de l’air, de l’eau ou du sol afin de produire de l’électricité pour le chauffage du logement. Quant à la chaudière au fioul et autre combustion fossile, le dispositif doit brûler du fioul pour produire du chauffage. La chaudière au fioul est donc moins respectueuse de l’environnement comme elle dégage beaucoup de gaz polluants.

  • Performance

En termes de performance, la pompe à chaleur est moins efficace dans les régions où les températures sont extrêmement basses en hiver. En dessous d’un certain seuil, la pompe à chaleur peut consommer plus d’énergie qu’elle n’en produit. Elle peut même cesser fonctionner lorsque la température extérieure avoisine les -15 et -20 °C. De son côté, la chaudière à fioul fonctionne toujours à plein régime et de façon constante même avec des températures extrêmes comme celles-ci n’influencent pas son fonctionnement. Malgré une performance élevée, le rendement reste moins important par rapport à une pompe à chaleur, car elle consomme du fioul à 100 % pour produire du chauffage. A noter que les modèles récents de chaudières au fioul affichent une performance remarquable comme ils doivent répondre à des normes environnementales strictes pour réduire l’impact écologique.

  • Prix

En ce qui concerne le coût de la pompe à chaleur énergie renouvelable et la chaudière au fioul, il faut reconnaitre que l’installation d’une pompe à chaleur est plus onéreuse que celle de la chaudière au fioul. Mais ce coût est largement compensé par l’économie qu’on peut réaliser sur sa facture énergétique. En effet, il faut compter entre 6 000 et 9 000 € pour une PAC air-air, 8 000 à 12 000 € pour une PAC air/eau, alors que le prix d’une chaudière fioul tourne autour de 2 000 à 6 000 € pour un modèle classique et environ 5 000 € pour un modèle à condensation. Dans des conditions normales d’utilisation, la pompe est susceptible de réduire sa facture énergétique par 3. Pour 1 kWh d’énergie consommée, une pompe à chaleur peut produire jusqu’à 4 kWh, voire même 6, selon le modèle choisi. Ce rapport est indiqué par le COP ou coefficient de performance.