Lorsque notre vieille chaudière consomme beaucoup d’énergie ou qu’elle est sur le point de flancher ou déjà en panne. Il est temps de changer son système de chauffage par un autre modèle plus performant et plus économique. Entre pompe à chaleur et chaudière à condensation, l’avis est mitigé ! Une chaudière à condensation utilise une technologie qui permet un rendement supérieur à 100 % et une économie d’énergie jusqu’à 30 %. De son côté, la pompe à chaleur est tout simplement impressionnante avec son rendement de plus de 300 % et une économie d’énergie jusqu’à 75 %. Mais quid de cette performance tout simplement hors-norme, l’efficacité de la pompe est limitée par les conditions climatiques et la température extérieure. Le fonctionnement de la pompe à chaleur repose sur le principe de la condensation/évaporation. La PAC récupère les calories de son environnement et les restitue à l’intérieur de la maison. Un compresseur s’assure de monter la température du fluide frigorigène qui est passé de l’état liquide à l’état gazeux. Après la condensation, le fluide passe dans le circuit du chauffage central à l’état liquide. Le liquide passe ensuite par un détendeur afin de baisser sa température et sa pression, avant de repasser à nouveau dans l’évaporateur. De son côté, la chaudière à condensation utilise un condensateur pour récupérer la vapeur contenue dans le liquide de retour du circuit de chauffage. La condensation de la vapeur d’eau permet de fournir de l’énergie. Mais le condensateur doit atteindre une certaine température pour transformer la vapeur en eau liquide. Pour la chaudière au gaz naturel et au fioul, le point de rosée est respectivement de 55 °C et 47 °C.

Les critères pour choisir entre pompe à chaleur et chaudière à condensation

Pour choisir entre pompe à chaleur et chaudière à condensation, il est important de retenir les caractéristiques spécifiques des deux appareils et certaines caractéristiques communes dont le volume de l’habitation (en m3), l’indice de température extérieure, le coefficient de déperditions thermiques, le coefficient de consommation d’énergie et la température moyenne souhaitée dans l’habitation. Ces critères permettent de définir ses besoins de choisir le système de chauffage le mieux adapté pour un maximum de performance et une consommation d’énergie maîtrisée.

  • Les types de pompe à chaleur et de chaudière à condensation

On distingue trois types de pompe à chaleur selon la source d’énergie renouvelable et gratuite utilisée pour produire de la chaleur : aérotherme (PAC air-air et PAC air-eau), géothermie (PAC sol-eau et sol-sol) et hydrothermie (PAC eau-eau). Les pompes à chaleur aérothermiques sont les plus répandues à cause de leur simplicité dans l’installation et leur excellent rapport qualité/performance/prix. Elles peuvent être réversibles pour chauffer et rafraîchir l’intérieur du logement. Les pompes à chaleur géothermiques nécessitent la mise en place de capteurs de chaleur dans le sol de manière horizontale ou verticale. Plus compliquées à installer, elles requièrent donc de gros travaux et un espace extérieur plus vaste. La pose des capteurs horizontaux nécessite une surface de 1,5 à 2 fois la surface habitable à chauffer tandis que les capteurs verticaux nécessitent des forages de 50 m de profondeur pour chauffer une maison de 120 m2 avec deux sondes. A noter que les forages nécessitent une autorisation de la mairie. Les pompes à chaleur hydrothermiques nécessitent une ressource en eaux suffisantes. Ce sont des systèmes performants à l’usage, mais elles sont plus compliquées à installer et requièrent une autorisation administrative. Les pompes à chaleur géothermiques, hydrothermiques et aérothermiques (air-eau) sont compatibles avec des radiateurs basse température ou un plancher chauffant, et permettent de produire de l’eau chaude sanitaire.

Les chaudières à condensation sont disponibles en simple service ou double service. Une chaudière simple service est suffisante pour chauffer une habitation tandis que l’installation d’une chaudière double service avec un ballon d’eau chaude est indispensable si on souhaite également disposer d’eau chaude sanitaire. Une chaudière double service utilise trois sorts de systèmes : chaudière instantanée pour produire l’eau chaude lors de l’utilisation, chaudière à accumulation pour stocker de l’eau chaude dans un ballon et chaudière à micro-accumulation pour stocker quelques litres d’eau chaude afin d’éviter la mise en marche constante du brûleur de la chaudière.

  • La puissance

La puissance calorifique d’une pompe à chaleur et d’une chaudière à condensation est présentée en kW. Pour une pompe à chaleur, la puissance est comprise entre 5 et 20 KW. Plus la puissance est élevée, plus l’appareil consomme de l’énergie. Ainsi un bon dimensionnement de la pompe à chaleur est nécessaire pour que la puissance de l’appareil puisse correspondre au besoin réel d’une habitation. Par ailleurs, une puissance trop basse ne permet pas de couvrir l’ensemble des besoins en chauffage, et le recours à un chauffage d’appoint plus énergivore est fréquent. Pour une chaudière à condensation, la puissance peut aller jusqu’à 100 kW. Il faut une telle puissance à une chaudière à condensation pour assurer la production de chauffage et d’eau chaude.

La performance

Une chaudière à condensation peut atteindre un rendement de 110 % avec une économie maximum 30 %. Pour une chaudière classique qui produit 0,90 kWh de chaleur pour une consommation de 1 kWh de gaz, le rendement est de 90%. La performance d’une chaudière est calculée sur le PCI ou Pouvoir calorifique inférieur du gaz. Pour les pompes à chaleur, on parle de coefficient de performance ou COP pour déterminer le rendement. Il représente la quantité de kWh de chaleur produite par la pompe à chaleur à partir d’un kWh d’électricité. Le rendement peut aller au-delà de 400 %, car certains modèles de pompe à chaleur disposent d’un COP supérieur à 4. La principale raison de cette différence de performance est l’énergie utilisée. Si la chaudière fonctionne principalement avec du gaz naturel ou fioul, la pompe à chaleur utilise l’électricité pour faire fonctionner le compresseur. Cependant, il faut reconnaître que la pompe à chaleur peut s’arrêter de fonctionner lorsque la température de l’environnement extérieur est extrêmement basse.

L’utilisation

A l’usage, la pompe à chaleur et la chaudière à condensation sont deux systèmes de chauffage performants et économiques. La chaudière à condensation est sollicitée pour sa capacité à produire de la chaleur, quelles que soient les conditions climatiques. Mais son rendement ne rivalise pas à celui de la pompe à chaleur même si l’efficacité de cette dernière n’est réelle qu’à partir d’une certaine température extérieure. L’installation d’une pompe à chaleur dans une région où l’hiver est très rigoureux limite la performance de l’appareil et contraint l’utilisation d’un autre mode de chauffage. Quoiqu’il en soit, les deux systèmes sont complémentaires. Cette combinaison assure un rendement optimal avec une faible empreinte écologique. D’autant plus que les frais de fonctionnement sont réduits.