Depuis quelques années, la pompe à chaleur est devenue le système de chauffage tendance pour la facilité et la performance de chauffe. En effet, beaucoup de personnes choisissent de chauffer leur maison avec une meilleure PAC air-air chauffage sol. Si l’installation est bien dimensionnée, la pompe à chaleur peut répondre aux besoins en chauffage de la maison. La pompe à chaleur est la solution par excellence pour profiter de l’apport de chaleur constant et performant d’un plancher chauffant. Selon la technologie utilisée par la pompe à chaleur, un chauffage d’appoint peut être nécessaire ou non pour optimiser le confort de chauffe.

Toutefois, il faut savoir que la pompe à chaleur air-air ne peut donc pas être associée à un plancher chauffant comme elle ne chauffe que l’air. Si vous décidez d’installer un plancher chauffant alimenté par une PAC, il faut opter pour un autre modèle aérothermique (air-eau) ou géothermique (sol-eau), c’est-à-dire des systèmes qui utilisent l’eau pour le chauffage.

Avantages de pompe à chaleur et chauffage au sol

La pompe à chaleur est un système de chauffage qui offre de nombreux avantages, qu’elle soit montée seule ou couplée à un plancher chauffant. Le chauffage au sol est la meilleure solution pour bénéficier d’un confort de chauffe optimal tout en économisant de l’énergie.

  • Energie renouvelable et faible empreinte écologique

La pompe à chaleur puise les calories nécessaires pour chauffer une habitation dans l’environnement situé autour d’elle. Cette chaleur peut être puisée dans l’air ambiant (PAC aérothermique), dans le sol (PAC géothermique) ou dans l’eau (hydrothermique) en fonction du type de pompe choisi. En utilisant de l’énergie renouvelable gratuite, la pompe à chaleur est une installation écologique. Certes, elle consomme toujours de l’électricité pour alimenter le compresseur, mais cette consommation est très faible et l’appareil ne dégage pas de CO2 contrairement aux appareils de chauffage fonctionnant à l’énergie fossile.

  • Chauffage au sol à basse température

La pompe à chaleur améliore de manière optimale avec le chauffage au sol lorsqu’elle fonctionne à basse température. Le chauffage basse température (CBT) est un système qui utilise de l’eau chauffée entre 30 et 45 °C. Ce qui fait que la pompe à chaleur consomme donc peu d’électricité pour chauffer le circuit de chauffage. Avec un chauffage au sol, il est possible de chauffer la maison avec une eau chauffée de seulement 25 à 40 °C.

  • Confort de chauffe

L’installation d’une pompe à chaleur et un chauffage au sol permet un confort thermique optimal. En effet, la chaleur est homogène et diffuse avec ce type d’installation comme c’est le sol qui est chauffé et non pas l’air ambiant. Le chauffage se fait sans différence de température dans tous les coins de la pièce, sans brassage de poussière comme on rencontre habituellement avec les radiateurs. De plus, le plancher chauffant ne nuit pas à l’esthétique de la pièce comme il n’y a pas de radiateurs disgracieux ou posant de problème pour placer les meubles selon ses besoins. Le chauffage au sol est soumis à une réglementation stricte « NF DTU 65.14 » fixant la température du fluide caloporteur à 50 °C. Cela permet une température au sol de 28 °C maximum.

  • Economie d’argent

L’installation de pompe à chaleur et de chauffage au sol est un investissement conséquent, mais la rentabilité est à court terme grâce à l’économie d’énergie qu’on peut réaliser avec le système. En effet, le propriétaire réalise une économie sur la facture énergétique, car il n’y a pas de gaspillage d’énergie. Le système chauffage consomme l’énergie juste pour apporter le confort de chauffe.

Peut-on coupler pompe à chaleur air-air et chauffage au sol ?

La pompe à chaleur permet d’alimenter un plancher chauffant pour obtenir un chauffage au sol. Parmi les pompes à chaleur disponibles sur le marché, seule la PAC air-air qui ne permet pas d’être couplée avec le chauffage au sol. La raison est que la pompe à chaleur air-air ne chauffe que l’air. Certes, la PAC air-air est un système très simple à installer, mais le fluide caloporteur ne permet pas de chauffer l’eau sanitaire ou le circuit de chauffage. Le rendement de la pompe à chaleur air-air est plus bas par rapport aux autres pompes à chaleur. En effet, le COP ou coefficient de performance d’une PAC air-air est au mieux de 3, c’est-à-dire que l’appareil restitue 4 kWh d’énergie pour 1 kWh d’énergie électrique consommée. En somme, la pompe à chaleur air-air est comparable à un gros climatiseur pouvant souffler l’air chaud et l’air froid (réversible). Cependant, il ne chauffe que l’air et ne convient pas à un plancher chauffant.

Faut-il choisir un type spécial de pompe à chaleur ?

Pour les personnes souhaitant coupler une pompe à chaleur à un plancher chauffant, sachez que seule la pompe à chaleur utilisant de l’eau pour diffuser la chaleur peut être adaptée à l’installation afin de réchauffer un circuit hydraulique.

  • PAC aérothermique air-eau

La PAC aérothermique air-eau est le modèle classique utilisé pour le chauffage au sol grâce à sa performance (COP de 4 ou un peu plus dans conditions optimales) et sa capacité à s’adapter à tous les systèmes. Pour une installation en haute température, la pompe est installée en relève de chaudière. L’installation nécessite par ailleurs un régulateur pour chauffer l’eau du réseau en basse température. Pour une installation en basse température, l’appareil peut être installé en chauffage seul ou en relève. Toutefois, la PAC air-eau présente des limites à l’approche de 0 °C. Comme son rendement dépend de la chaleur de l’air extérieur, la pompe à chaleur air-eau est adaptée aux zones avec une température hivernale qui descend rarement en dessous de 0 °C. Dans le cas contraire, un générateur d’appoint est indispensable.

  • PAC géothermique

A part la pompe à chaleur air-eau, le chauffage au sol peut être également alimenté par une pompe à chaleur géothermique. On distingue quatre types de PAC géothermique : PAC eau glycolée-eau, PAC sol-sol, PAC sol-eau et PAC eau-eau. La PAC géothermique puise la chaleur du soleil en profondeur, dans le sol ou dans l’eau des nappes phréatiques. Elle est plus performante que la PAC aérothermique, c’est-à-dire que sa capacité de chauffage et de rafraîchissement engendre de faibles coûts d’exploitation. Si le générateur d’une PAC aérothermique est placé à l’extérieur, d’où son appellation « unité extérieure », celui de la PAC géothermique est installé à l’intérieur dans un lieu permettant d’isoler le bruit : local technique, cave, garage, sous-sol… Pour une PAC couplée un chauffage au sol, le coût moyen de chauffage et rafraichissement est de 65 à 90 €/m2 pour une PAC air-eau, de 70 à 100 €/m2 pour une PAC sol-eau et de 80 à 185 €/m2 pour une PAC eau-eau. Sachez que l’installation d’une pompe à chaleur air-air permet de bénéficier d’un crédit d’impôt 30 %. Pour les autres PAC compatibles avec le chauffage au sol, le particulier peut bénéficier d’aides financières comme l’éco-prêt à taux zéro, la TVA réduite à 5,5 % ou encore la prime énergie. Pour bénéficier de ces aides et subventions, l’intervention d’un professionnel qualifié RGE est indispensable pour la fourniture et la pose des équipements.